Le risotto « à Lina »

Il est amusant de constater l’évolution culinaire du risotto. Aujourd’hui, il s’agit d’un plat un rien précieux, gage de savoir-faire en restauration (ce qui n’est pas toujours le cas d’ailleurs…). Mais quand on parle à Lina, cheminote octogénaire d’Avion, il n’en a pas toujours été ainsi. Le risotto est une façon d’accommoder les restes, le bouillon en l’occurrence, et ne se sert pas aux invités, surtout pas !

Bon, nous, on trouve qu’il déboite son risotto à Lina. Et on aimerai le trouver dans pas mal de resto qui se la pète. Mais pour Lina, il sera toujours ce plat familial italien, qu’elle fait depuis ses 15 ans, qu’elle adore bien sûr, mais qui reste simple et donc privé…

Plus si privé cependant : on a testé, on a adoré, et maintenant petits veinards, à vous de jouer !!!

Pour 4 personnes (+ les voisins)

C’est un plat de restes, il vous faut du bouillon, mais du bouillon maison…

Environ 45 minutes de préparation et de cuisson.

Ingrédients :

  • 2 échalotes
  • 1 gousse d’ail
  • 4 à 5 tomates de saison, du jardin ou du marché (sinon, abandonnez…)
  • environ 1 litre de bouillon bien chaud (poule, boeuf ou légumes)
  • 400g de bon riz à risotto
  • parmesan râpé (on ne lésine pas sur la qualité)
  • quelques feuilles de basilic frais
  • huile d’olive
  • sel et poivre

1 Mixez les échalotes et la gousse d’ail. Pelez les tomates : entaillez légèrement le « cul », placez-les 2 min. dans l’eau bouillante, puis dans l’eau glacée. La peau s’enlève tout facilement, c’est merveilleux ! Coupez les tomates en grosses rondelles, enlevez les pépins et recoupez en petits dés tout mignons.

2 Mettez de l’huile dans un fait-tout (un truc costaud, avec un gros fond). Faites revenir (à peine 5 minutes) les échalotes et l’ail avec le riz ; ce dernier devient un peu translucide. Ajoutez les tomates, mélangez.

3 C’est parti pour l’huile de coude : mouillez votre risotto avec le bouillon petit à petit jusqu’à ce que le riz soit cuit. Vite dit, mais ça prend une bonne vingtaine de minutes. Donc, dès qu’on sent que ça accroche, on reverse du bouillon, et on touille. Pour savoir si c’est cuit, on goûte ! Le risotto doit être onctueux, sans être pâteux.

4 Hors du feu, ajoutez le parmesan fraîchement râpé, le sel et le poivre, mélangez… Décorez avec quelques feuilles de basilic frais. Ça y est, vous avez fait un risotto, et pas n’importe lequel ! Soyez fiers de vous.

 

 

Vous devriez aussi aimer...

Laisser un commentaire